FIREBALL Motor-Racing-Team
LE MOTO CLUB FIREBALL VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE !
BEAUCOUP DE CHOSES A VENIR DECOUVRIR SUR FACEBOOK https://www.facebook.com/fireball.enduroracing

Derniers sujets
» Engagement INDOOR Fireball 10/11/12 février 2017
Ven 6 Jan - 14:06 par Speedseries

» Opération "pneus groupés 2017"
Mer 26 Oct - 9:30 par Speedseries

» Programme d'entrainement
Dim 16 Oct - 19:25 par GGgas

» roulage dimanche 25 octobre val gelon
Ven 23 Sep - 20:08 par gas

» Enduro de Saone 2016
Ven 19 Aoû - 10:48 par izernois01

» Prairie dans le beaujolais
Mar 9 Aoû - 17:28 par frenchi

» Réseau Facebook
Mar 21 Juin - 8:45 par Speedseries

» enduro domazan
Sam 30 Avr - 5:09 par izernois01

» Cherche pneu Michelin neuf
Mar 26 Avr - 17:01 par Haroldinio

» Endurance BOUVESSE 8 mai 2016
Mer 20 Avr - 18:22 par floris

Fireball sur Facebook
   

Liens Partenaires !






Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés


CONTROLE TECHNIQUE MOTO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CONTROLE TECHNIQUE MOTO

Message par Delémys le Lun 21 Jan - 13:22

La mobilisation est en route, La Pétition , moi ça y est j'ai signé.

La proposition de loi de Thierry Mariani sur le contrôle technique

Paris - 16/1/2008. Suite du feuilleton : la proposition de loi visant à rendre obligatoire un contrôle technique pour les deux-roues motorisés, déposée à l'Assemblée par le député UMP Thierry Mariani - "le Monsieur fichage ADN du gouvernement" -, vient d'être publiée.

Devinette : quelle est la différence "la plus importante de ces deux dernières décennies" entre "le monde de l'automobile et le monde de la motocyclette" ? Le nombre de roues ? L'esprit d'entraide ? La vignette ? Le souffle de la liberté ? Le port du casque ?

Non, vous n'y êtes pas... Heureusement que Thierry Mariani, député UMP du Vaucluse à l'origine, notamment, du fichage ADN des étrangers, a profondément réfléchi à la question !

Ainsi, dans sa proposition de loi déposée à l'Assemblée nationale le 5 décembre dernier, visant à " rendre obligatoire un contrôle technique pour les cyclomoteurs, les motocyclettes et leurs dérivés" (lire Moto-Net.Com du 10 janvier 2008), M. Mariani apporte clairement la réponse : "la différence la plus importante de ces deux dernières décennies entre le monde de l'automobile et le monde de la motocyclette est la suivante", annonce le député UMP : "pour les automobiles, l'existence d'un contrôle technique obligatoire, avec réparation obligatoire des éléments de sécurité", alors que "pour les motocyclettes et dérivés, l'absence de tout contrôle technique obligatoire, et par conséquent aucune réparation des éléments de sécurité obligatoire".

Bingo !

Selon le "Monsieur fichage ADN des étrangers", l'extension aux deux-roues motorisés de cette obligation faite aux voitures - qui bénéficiera du soutien du gouvernement lors du prochain Comité interministériel de sécurité routière en février (lire Moto-Net.Com du 10 janvier 2008 et notre Dossier spécial contrôle technique) - trouve sa justification dans le fait qu'"aucune diminution d'accident n'est possible sans des véhicules en bon état".

La proposition de Thierry Mariani sur le contrôle technique

"Les dispositions législatives (permis à points, limitation de vitesse etc.), les contraintes économiques (combustible plus cher, entretien plus cher, assurance en forte augmentation, etc.) et les évolutions techniques (freinage ABS, qualité des pneumatiques, etc.) applicables au conducteur et au matériel automobile ont été les mêmes pour les conducteurs de deux roues, les motocyclettes et dérivés", note M. Mariani en déplorant qu'on ne note cependant "aucune influence sur une diminution des accidents corporels et mortels pour les conducteurs de motos comme cela l'a été pour les conducteurs d'automobiles !"

"Alors que toutes les catégories d'usagers sont concernées par la baisse du nombre de tués sur les routes, seuls les motocyclistes restent à l'écart du mouvement général", regrette le député du Vaucluse, affirmant que "depuis dix ans, la part des motocyclistes morts sur la chaussée dans l'ensemble des victimes ne cesse d'augmenter".

Rappelons tout de même à cet éminent spécialiste que de l'aveu même du Conseil général des Ponts et chaussées - qui milite lui aussi pour le contrôle technique moto, mais après avoir visiblement effectué un travail digne de ce nom et en invoquant de véritables arguments -, "le parc (de deux-roues motorisés, NDLR) en circulation n'a cessé d'augmenter au cours des dix dernières années, pour atteindre 2,48 millions de véhicules en 2005 dont 1,303 million de cyclomoteurs et 1,177 million de motocycles".

"Autre constat dramatique", s'alarme le vaillant député : "le risque d'être tué dans un accident est 19 fois plus élevé en moto qu'en voiture de tourisme". Incroyable ! En cas de choc, un véhicule à deux-roues dépourvu de toute carrosserie exposerait donc davantage son utilisateur qu'une voiture à quatre roues, équipée d'une carrosserie et d'airbags ? Nos plus fins limiers, experts en physique des mouvements et lois de l'équilibre niveau CM2, sont sur le coup... Restez connectés !


Gouvernement échange contrôle technique moto, flambant neuf, contre loi des 100 chevaux, peu servi...

Paris - 15/1/2008. Dans un rapport qui devait rester confidentiel jusqu'au 6 février, le Conseil des Ponts et Chaussées préconise l'instauration d'un contrôle technique moto. Et pour mieux faire passer la pilule, propose de lâcher du lest sur le bridage à 100 chevaux...
32 commentaires lecteurs
Le rapport du Conseil des Ponts et Chaussées préconisant l'instauration d'un contrôle technique pour les motos et les cyclos, sur lequel s'appuie la délégué interministérielle à la sécurité routière pour présenter une proposition en ce sens lors du prochain Comité interministériel de sécurité routière (lire Moto-Net.Com du 10 janvier 2007), n'aurait dû être rendu public que le 6 février.

"Ce rapport ayant été réalisé avec l'objectif de préparer une éventuelle décision du gouvernement, je pense préférable, à ce stade, de ne pas le rendre communicable", précise en introduction Claude Martinand, vice-président du Conseil général des Ponts et Chaussées.

"Comme toute initiative nouvelle dans le secteur des deux-roues, il est à craindre qu'une telle décision suscite une réaction d'hostilité", prévoit le Conseil général des Ponts et Chaussées, citant les exemples de "la Belgique qui a dû repousser un tel projet pour ce motif et de la France qui a dû reculer sur l'allumage des feux de jour". Le rapport met donc en garde le gouvernement sur le fait que la décision d'instaurer un contrôle technique moto "ne peut être prise que dans un contexte politique favorable et à la suite d'une concertation préalable élargie à d'autres propositions susceptibles d'améliorer la sécurité des deux-roues".

La lecture de ce très intéressant rapport de 50 pages élaboré par l'ingénieur général de l'équipement Dominique Lebrun, rendue possible grâce à sa publication sur le site de l'Organisme technique central (OTC) auprès de l'Union technique de l'automobile, du motocycle et du cycle (UTAC), s'avère passionnante à plusieurs égards.

Outre un exposé impartial des positions de chacun des acteurs sur l'opportunité d'un contrôle technique moto (assureurs, associations, chambre syndicale, etc.), on y "apprend" notamment que la loi des 100 chevaux, spécificité française "qui suscite beaucoup d'interrogations et de critiques de la part des acteurs rencontrés", n'a "pas permis de mettre en évidence l'intérêt de la mesure en terme de sécurité" et que "le bilan des accidents de motos n'est pas meilleur, loin s'en faut, que dans les pays qui ne l'appliquent pas", comme l'Allemagne.

Le Conseil général des Ponts et Chaussées suggère donc au ministère des transports, commanditaire du rapport, de "s'interroger sur l'utilité du bridage à 100 ch pour les motos".

"Sans négliger le discours contradictoire et la difficulté de trouver une communication cohérente entre ce retrait de la limitation à 100 ch et les actions menées pour réduire la vitesse des véhicules à la construction, il nous semble que la situation actuelle n'est pas durablement défendable auprès d'une très grande majorité de motards qui demandent qu'on les traite en citoyens responsables. Au moment où ils auront le sentiment qu'on leur impose une nouvelle contrainte avec le contrôle technique, un geste de bon sens serait utile et apprécié", indique le Conseil général des Ponts et Chaussées après avoir noté que la technique du débridage étant "rudimentaire", les utilisateurs peuvent "facilement s'en affranchir".

"Le seul moyen efficace pour réduire la vitesse serait d'obtenir des constructeurs des systèmes anti-débridage efficaces ou une limitation par construction, qui nécessite une réglementation commune au monde entier, difficile à envisager dans des délais raisonnables", explique M. Lebrun, visiblement bien conscient que "les vrais facteurs de risque, bien connus chez les motards, reposent sur le comportement et l'utilisation non réfléchie qui est faite des performances des engins, aussi bien en termes d'accélération que de vitesse. Or ce comportement se manifeste dans la conduite d'engins de puissance bien inférieure à la limite arbitraire de 100 ch. S'il fallait vraiment fixer un seuil, il serait plus pertinent de l'exprimer en termes de poids/puissance".

Pour mieux faire passer la pilule du contrôle technique, qui pourrait être adopté lors du prochain Comité interministériel de sécurité routière en février, le gouvernement se montrera-t-il prêt à lâcher du lest sur le bridage à 100 chevaux ? Rien n'est moins sûr... Ca comme le note le rapport, il sera "difficile de trouver une communication cohérente entre ce retrait de la limitation à 100 ch et les actions menées pour réduire la vitesse des véhicules à la construction"...

En attendant, "bien que le lien de causalité entre accidentologie et état du parc ne soit pas clairement établi, elle (la mission du Conseil général des Ponts et Chaussées, NDLR) considère que des véhicules dont les fonctions de sécurité sont en bon état, parce que bien entretenues, sont nécessairement moins accidentogènes".

"Dans un souci d'apaisement, et avec la volonté de chercher à privilégier l'égalité de traitement avec les autres modes de transport", le contrôle technique moto recommandé par le Conseil général des ponts et chaussées "devrait porter sur l'ensemble du parc et être mis en oeuvre en même temps que la généralisation de l'immatriculation (donc en juillet 2009, NDLR, lire Moto-Net.Com du 10 janvier 2007)".

Il devrait également "obéir aux mêmes règles d'organisation que celles prévues pour les véhicules de tourisme, et en particulier selon la même périodicité (après quatre ans puis tous les deux ans, NDLR), privilégier un contrôle visuel et se limiter aux fonctions essentielles (dispositif de freinage, géométrie, débridage, contrôle du bruit, état des pneus, éclairage...) en réduisant les investissements nécessaires à quelques appareils pour ne pas alourdir le coût de la visite qui ne devrait pas dépasser 30 euros".
avatar
Delémys
Expert Fireball

Nombre de messages : 1127
Age : 48
Localisation : Démon's du Lyonnais
Date d'inscription : 18/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CONTROLE TECHNIQUE MOTO

Message par Invité le Lun 21 Jan - 19:46

Merci pour les infos.
Voilà le lien que j'ai trouvé pour la pétition :
http://www.lerepairedesmotards.com/actu/2004/actu_0404_petition.htm

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CONTROLE TECHNIQUE MOTO

Message par Invité le Jeu 7 Fév - 20:01

Bientôt le verdict !
http://www.motomag.com/Controle-technique-moto-Scoop-2553.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CONTROLE TECHNIQUE MOTO

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum