FIREBALL Motor-Racing-Team
LE MOTO CLUB FIREBALL VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE !
BEAUCOUP DE CHOSES A VENIR DECOUVRIR SUR FACEBOOK https://www.facebook.com/fireball.enduroracing

Derniers sujets
» Cdf 2018
Mer 25 Oct - 18:56 par GGgas

» Engagement INDOOR Fireball 10/11/12 février 2017
Ven 6 Jan - 14:06 par Speedseries

» Opération "pneus groupés 2017"
Mer 26 Oct - 9:30 par Speedseries

» Programme d'entrainement
Dim 16 Oct - 19:25 par GGgas

» roulage dimanche 25 octobre val gelon
Ven 23 Sep - 20:08 par gas

» Enduro de Saone 2016
Ven 19 Aoû - 10:48 par izernois01

» Prairie dans le beaujolais
Mar 9 Aoû - 17:28 par frenchi

» Réseau Facebook
Mar 21 Juin - 8:45 par Speedseries

» enduro domazan
Sam 30 Avr - 5:09 par izernois01

» Cherche pneu Michelin neuf
Mar 26 Avr - 17:01 par Haroldinio

Fireball sur Facebook
   

Liens Partenaires !






Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

classement  SORLIN  carbu  SAINT  


Le malaise "ONF"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le malaise "ONF"

Message par Speedseries le Lun 25 Juil - 7:36

Article "Le Monde"
Quatre salariés de l'ONF se sont donné la mort depuis un mois, ce qui porte à 24 le nombre de suicides depuis 2005, dont 18 agents patrimoniaux (ex gardes forestiers).
Les syndicats et le PS voient dans ces suicides des conséquences des restructurations et réductions de postes tandis que le gouvernement évoque les fluctuations du bois et la solitude propre à ce métier.
"On n'a pas d'horaires et on s'organise comme on veut, c'est le côté positif", dit M. Chéry, lunettes vertes de circonstance, pantalon et veste assortis frappés du sigle "Office national des forêts".
En temps normal, il gère 1.100 hectares de forêt. Mais depuis mars, il assure l'intérim d'un collègue, soit 2.700 hectares de forêt répartis sur 17 communes.
"Depuis la vague de suicides, l'administration s'active et devrait nommer un remplaçant à la rentrée", espère-t-il.
L'ONF a mis en place un numéro vert national d'écoute à destination de ses agents.
Pour son premier travail de la journée, M. Chéry visite un chantier de coupe dans un bois où il doit marquer les souches.
A 56 ans, dont 25 passés à l'ONF, il avoue que la solitude et une certaine "froideur" du monde rural lui pèsent.
Logé par l'ONF dans une maison forestière avec son épouse et ses six enfants dans la commune de Besse, un village de montagne auvergnat, il déplore que ses voisins soient tous des résidents secondaires venus de Lyon, Nantes ou même Tahiti.
L'administration ne lui fournit ni téléphone portable, ni radio dans sa voiture bien qu'il lui arrive d'effectuer jusqu'à 200 kilomètres en une journée.
Et puis "avant, le garde forestier, c'était une référence, comme l'instituteur ou le curé, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui", regrette-t-il.
Les suicides ? Le phénomène est "multifactoriel", selon lui: "il y a les restructurations incessantes et on nous demande toujours plus de production, de volumes, ce qui est en contradiction avec notre métier de protection de la forêt".
C'est le cas selon lui dans le département voisin de l'Allier qui possède des bois de valeur à récolter, et où l'un de ses collègues s'est donné la mort mardi.
"C'est un peu comme si on demandait à un gendarme de payer son salaire avec les contraventions qu'il met!", explique-t-il.
Deuxième chantier de la journée: une forêt où M. Chéry vient visiter une plantation récente de mélèzes.
Son métier, il l'a choisi "par amour de la forêt" mais "c'est un sacerdoce", reconnaît-il.
Protection de la forêt, surveillance de la chasse, de la pêche, contrôle des travaux de coupe, tâches administratives, rencontre avec les élus, les habitants: "c'est 15 métiers pour en faire un seul".
L'après-midi, il se rend au lac Pavin tout proche pour repérer des arbres tombés à l'eau qui menacent de polluer le site. Mais il doit avant effectuer une plongée de reconnaissance. Enore une de ses nombreuses missions



"C'est un peu comme si on demandait à un gendarme de payer son salaire avec les contraventions qu'il met!"

Je pense que la clarté de la phrase est sans équivoque. Il est clair que cette politique est rondement menée par leurs supérieurs hiérarchiques qui n'ont plus aucune notion de l'éthique même du garde forestier. Ils ne pensent qu'à une chose, le profit.
Le comportement ultra agressif des agents envers les motorisés s'est fortement ressenti ces dernières années. Acte récent puisque ce n'était pas le cas il y a encore 5 à 6 ans puisque l'on pouvait toujours discuter en cas de rencontre au fond des bois. Il est fort probable que ce changement comportemental est issu d'une grande pression de leurs supérieurs.
Aujourd'hui, la communication est rompue (contraventions abusives, comportements de shérif, etc...), l'ambiance devenue hyper tendue, le garde est devenu l'ennemi n°1 des motorisés.
Il est certain que ce genre de situation n'arrange peut être pas le moral des hommes en vert, mais que peut être prendre un peu de recul et redevenir un peu "humaniste", leurs permettraient de renouer des liens avec le "monde civilisé", et de tenter de concilier la pratique motorisée avec les nouvelles contraintes de protections de l'environnement...... que l'on accepte.






_________________
Qui vivra, fessera !
avatar
Speedseries
Admin

Nombre de messages : 5412
Age : 46
Localisation : Savoie ou bien ?
Date d'inscription : 09/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://fireballenduro.forums-actifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum